C’est toi, c’est vous, c’est nous !
WebOuest La sociocratie au menu!

La sociocratie au menu!

Par Francine Proulx-Kenzle | 17 octobre 2022
Une histoire de famille: une prise de décision par consentement basée sur des faits. Circa 2005.

Après une journée bien remplie, je me sens comblée, à la table au souper, entourée par ma famille. La conversation est typique entre nos adolescents jusqu’à ce que Jérémy annonce: « Je vais juste rester pour manger de la salade. Je suis tanné de manger de la viande! » 

« Voyons, Jérémy! Tu sais combien le souper en famille est important. C’est le seul temps qu’on est ensemble durant la journée. » Il me répond en disant : « Maman, j’ai décidé d’être végétarien. » 

Le repas familial m’est trop précieux, c’est traditionnel. Une idée me vient. Je venais de suivre une formation sur la sociocratie, qu’on appelle aussi la gouvernance collaborative. 

J’avais appris que la « prise de décision par consentement », fait de la place pour chaque voix dans une équipe et accueille les objections. Celles-ci sont adressées avec le filtre de l’objectif de l’équipe. Le résultat est qu’au bout de la ligne, il n’y a pas de perdant dans la décision finale. Est-ce que ça fonctionnerait en famille? Le jeu en vaut la chandelle!

« Nous avons une proposition sur la table: Jérémy ne se joindra plus à nous pour nos repas de famille durant la semaine, car il ne veut plus manger de viande. »

WebOuest

Je continue d’expliquer le processus en rappelant que notre objectif est de partager le souper en famille pour garder les liens. Je décris les trois tours de table que je vais faciliter: un pour soulever les questions de clarifications, un autre pour partager les réactions, et le dernier, pour soulever les objections. Chaque personne s’exprimera, sans interruption, une après l’autre. 

Avant de commencer le tour de consentement pour recueillir les objections, j’explique qu’une objection dans la sociocratie n’est pas juste une préférence. Une objection doit démontrer que la proposition pourrait nuire à l’objectif du groupe (ici notre famille). 

Je commence le tour en demandant à chaque personne autour de la table « As-tu une objection à la proposition telle que présentée? » 

Pas d’objections sont soulevées, jusqu’au tour de la plus jeune qui réplique : « Oui j’ai une objection! Avoir une chaise vide à table n’est pas correct. » 

Mon tour arrive : « J’ai une objection – pour moi, cette proposition menace la qualité de nos liens familiaux. » 

« OK, gang » je leur dis, « qu’allons-nous faire? » Tous sont embarqués dans le processus, les idées bouillonnent.

« Eh bien, » dit l’aîné, « on aime tous manger des pâtes. Au lieu d’en manger une fois de temps en temps, pourquoi ne pas en manger régulièrement, le mercredi? » 

Jérémy se lance : « Avec une sauce sans viande, je promets d’être ici! » 

Et j’ajoute : « Et pour les autres soirs de la semaine, je m’assurerai d’avoir une variété de légumes et une salade verte ». 

Jérémy s’avance pour réviser sa proposition : « Le menu de la semaine comprendra un repas végétarien tous les mercredis, qui sera appelé Soirée Spaghetti où toute la famille sera présente. »

Je leur demande s’il y a des objections à la proposition révisée. Tout le monde fait signe que non. 

J’étais soulagée! Grâce à ce processus simple, nous avons trouvé ensemble une solution pratique et équitable pour répondre à tous nos besoins. 

Mes études de la sociocratie m’ont amenée à devenir consultante dans le domaine. Aujourd’hui, je travaille avec divers groupes intéressés à mettre en œuvre la prise de décision par consentement mutuel. Ce système de gouvernance prend de plus en plus de place dans les entreprises et divers organismes.  Ça vous intéresse? Ça me ferait plaisir de vous en parler plus en détail!

Francine Proulx-Kenzle est formatrice certifiée pour le cours des Premiers soins en santé mentale et consultante certifiée pour former les organisations en sociocratie, spécifiquement dans la Méthode d'organisation en cercle sociocratique. Veuillez contacter Francine pour tous détails dans ces deux domaines par courriel : francine@pensetransformation.ca
La francophonie du Nord et de l’Ouest habite sur des territoires visés par de multiples traités avec les peuples autochtones ainsi que des territoires non cédés. Ces peuples ont accueilli les premiers francophones et les ont aidés à survivre et prospérer. C'est dans le respect des liens avec le passé, le présent et l'avenir que nous reconnaissons la relation continue entre les peuples autochtones et les autres membres de la communauté francophone. Au-delà de cette reconnaissance, WebOuest s’engage à mettre en lumière des histoires des peuples autochtones qui habitent toujours ces terres.
WebOuest

Nouveau tirage! Du 1er au 30 novembre, inscrivez-vous à notre infolettre et courez la chance de gagner un t-shirt WebOuest! Restez informés des nouveautés!