C’est toi, c’est vous, c’est nous !
WebOuest L’automne en photo: 5 conseils pour mieux capter la saison des couleurs

L’automne en photo: 5 conseils pour mieux capter la saison des couleurs

Par Dominique Liboiron | 18 novembre 2022
Bienvenue à ma toute première chronique sur WebOuest au sujet de la photographie. Je m’appelle Dominique Liboiron. Originaire de la Saskatchewan, je suis photographe et écrivain. Une fois par mois, je vais vous offrir une chronique afin de vous aider à rehausser la qualité de vos photos. En même temps, je souhaite créer ici une communauté de francophones qui s’intéressent à la photographie. Pour ce faire, vous pouvez me partager vos photos. Ce mois-ci, nous avons reçu des portraits non seulement du Canada, mais aussi des États-Unis, de la Suisse et même du Japon.

En plus de partager des photos d’automne d’un peu partout dans le monde, je vous indique cinq moyens pour améliorer vos images à ce temps-ci de l’année. Ces conseils seront également utiles pendant les autres saisons et vous permettront d’impressionner vos amis sur les réseaux sociaux en raison de la beauté de vos photos. 

#1. Soyez subtil

Notre tendance est de mettre le sujet d’une photo en pleine évidence; ce qui est bien. Mais pour distinguer vos photos des autres, essayez parfois de suggérer le sujet ou de le démontrer subtilement. Cela ajoute de la profondeur à votre image. Les gens seront portés à réfléchir au sens de la photo et à la regarder plus longtemps.

WebOuest
Photo: Dominique Liboiron. Pas besoin de mettre les feuilles d’automne ou n’importe quel autre sujet au milieu ou en avant-plan d’une photo. Nous pouvons suggérer le changement des saisons en arrière-plan.

#2. Les êtres humains améliorent les photos de la nature 

Essayez autant que possible d’inclure des personnes dans vos photos, même dans des photos de paysage, car le terrain semblera moins vide. Une ou des personnes ajoutent un élément qui rend l’image plus intéressante à regarder. Les gens aiment voir ce que d’autres gens font.

WebOuest
Photo: Dominique Liboiron. C’est bien de partager la beauté des feuilles d’automne, mais une photo devient plus intéressante si nous y voyons des personnes. Les paysages semblent moins vides quand ils sont peuplés. Cette photo a été prise à la fin de la journée le 25 novembre 2018 devant le temple bouddhiste Ryufuku-ji à Yamaguchi au Japon. Ce temple est un endroit populaire en automne en raison de ses érables.

#3. Mettez un pare-soleil sur votre lentille 

Vous en avez sûrement vu. Un pare-soleil est un tube en plastique au bout d’une lentille qui la garde à l’ombre. Il fonctionne un peu comme notre main devant notre visage pour bloquer le soleil. Le pare-soleil empêche les scintillements de lumière et approfondit les couleurs.  

Si vous n’avez pas de pare-soleil, essayez de garder le soleil dans votre dos.

WebOuest
Photo: Dominique Liboiron. Un pare-soleil aide à bloquer les rayons du soleil, mais si vous n’en avez pas, faites dos au soleil comme j’ai fait dans cette image. Nous y voyons un grand ginko jaune qui domine le jardin à Ryufuku-ji, un temple bouddhiste situé dans la ville japonaise de Yamaguchi. Le nom Ryufuku se traduit par dragon qui porte chance alors que ji signifie temple. Au fil des siècles, les bâtisses ont été reconstruites, néanmoins un temple se trouve sur les lieux depuis 1206.

#4. Servez-vous d’un filtre polarisant 

Imaginez que vous êtes dehors. Votre ami est dans la fenêtre et vous voulez l’espionner. Par contre, la fenêtre reflète trop de lumière et vous ne pouvez pas bien voir. C’est vraiment choquant quand ça arrive. Du moins, c’est ce qu’on me dit. 😉 Heureusement, il existe un filtre qui diminue les reflets. Pourquoi j’en parle? Parce que les feuilles reflètent beaucoup de lumière ce qui nous empêche d’en ressortir la couleur. En gros, les feuilles paraissent trop brillantes ou blanches au lieu d’être rouges, jaunes ou dorées. Mettez donc un filtre polarisant sur votre lentille et la vraie couleur sera en évidence. Ce même filtre rend le ciel un plus beau bleu, comme nous voyons dans la photo du drapeau japonais.

WebOuest
Photo: Dominique Liboiron. Ici, un filtre polarisant rend le ciel plus bleu. Le Canada n’est pas le seul pays reconnu pour ses feuilles d’érable rouge. Le Japon s’en vante aussi.

#5. Essayez la pellicule Velvia 50

Pour les amateurs de film, la pellicule Velvia 50 de Fuji est reconnue pour l’intensité des couleurs et pour la beauté qu’elle accorde aux photos de paysages. Depuis son apparition en 1990, Velvia 50 compte parmi les meilleures pellicules pour la nature.

Cela étant dit, si vous en utilisez vaut mieux oublier le conseil #2 et ne pas inclure des personnes. Ce film change trop la couleur de la peau et la rend trop rouge, alors elle ne paraît plus naturelle. Comme photographe, il faut savoir quand suivre les règlements et quand les mettre de côté. Les règles de la photographie servent plutôt de guide. Elles ne sont pas dogmatiques. 

Ce film n’est pas très sensible à la lumière alors je suggère l’emploi d’un trépied. 

Plutôt rare dans les magasins, on peut parfois acheter ce film en ligne, mais sachez qu’il coûte plus cher que la moyenne, parfois même le double. Cependant, les couleurs éclatent vraiment. 

J’ai vécu trois ans au Japon où l’on trouve du Velvia 50 facilement. Je me reproche un peu de ne pas en avoir ramené au Canada. J’aurais pu en vendre ici pour bien des piasses! 💰

WebOuest
Photo: Dominique Liboiron. La pellicule Velvia 50 de Fujifilm donne des couleurs chaudes, comme nous voyons d’après les feuilles d’érable. Velvia capte un peu mal les ombres qui paraissent plus noires qu’en réalité. Par contre, ce contraste entre le noir et les couleurs vives plaît à l’œil.

Conseil secret: La lumière dorée

Promettez-moi de ne le dire à personne, mais un des secrets professionnels de la photographie est de prendre des photos autour d’un lever ou d’un coucher du soleil. La lumière est plus dorée alors les gens et les paysages paraissent mieux. Nous remarquons cet effet dans la photo de la dame qui marche sous les arbres et dans la photo de Velvia 50. La lumière au milieu de la journée est trop frappante et défavorise les couleurs.

Avec ces conseils en tête, allez prendre des photos!

Je vous invite à partager vos photos d’automne avec moi. Prière d’y inclure une courte description et de les envoyer à dliboiron4@hotmail.com.

Photos des lecteurs

Les arbres colorent le paysage qui longe la rivière Inn dans l’est de la Suisse. Prise par Keijiro Suzuki avec un iPhone 12 le 2 oct., la photo montre également Fundaziun Nairs. Cette galerie d’art accueille 30 artistes en résidence par année afin de promouvoir le dialogue, la coopération et l’échange non seulement au niveau de l’art, mais aussi de la culture. Keijiro Suzuki y suit présentement une formation. Pour voir son site web, consultez www.keijirosuzuki.com.

WebOuest
Photo: Keijiro Suzuki

Le photographe et artiste multidisciplinaire japonais Keijiro Suzuki nous envoie cette photo de Scuol, un village en Suisse, qu’il a captée le 4 octobre dernier avec un iPhone 12. L’église réformée de St-Georges, au centre, date de 1516. Vous trouverez l’artiste sur Instagram à https://www.instagram.com/keijiro.suzuki/

WebOuest
Photo: Keijiro Suzuki

Dale Sanders a capté cette image sur un pont qui traverse la rivière Wolf au Tennessee. Le pont se trouve près de Moscou, un village situé dans le sud-ouest de l‘État. Malgré son nom, le cours d’eau serait mieux décrit comme un bayou plutôt qu’une rivière. L’image date de 2011. Dale a tellement aimé la photo, qu’il l’a fait encadrée et l’a donnée à son épouse comme cadeau de Noël. Pour apprécier davantage l’œuvre du photographe de 87 ans, visitez https://dalesanders.zenfolio.com/.

WebOuest
Photo: Dale Sanders

Les citrouilles au Japon ne ressemblent pas tout à fait à celles du Canada. Néanmoins, elles possèdent des couleurs dignes d’être vues. Cette image nous arrive de Chieko Kato. Nouvellement grand-mère, elle pratique l’art de la céramique et est originaire de Shunan au Japon.

WebOuest
Photo: Chieko Kato

Dans la toundra là où il n’y a pas d’arbres, les couleurs d’automne se lisent au sol parmi les lichens et les canneberges sauvages.

WebOuest
Photo: Francis Marchildon-Cropas

Le Fransaskois Francis Marchildon-Cropas partage avec nous une photo du coton de l’Arctique, aussi nommée linaigrette à belle crinière. Cette plante pousse dans la toundra. Francis Marchildon-Cropas a pris la photo en 2019 à Ivujivik, un village inuit de 400 résidents où il a enseigné presque 10 ans. Ivujivik est la communauté la plus au nord au Québec.

WebOuest
Photo: Francis Marchildon-Cropas

À nouveau, je vous invite à partager vos photos d’automne avec moi. Prière d’y inclure une courte description et de les envoyer à dliboiron4@hotmail.com. Merci!

***

Un des projets d’écriture et de photographie dont Dominique se sent le plus fier est son site web www.canoetoneworleans.com. Ce projet est le fruit d’un voyage en canot de 5 000 km qu’il a complété en 8 mois entre la Saskatchewan et la Louisiane. Il a complété le voyage afin de transporter les cendres de son oncle à la Nouvelle-Orléans suite à sa mort soudaine.

La francophonie du Nord et de l’Ouest habite sur des territoires visés par de multiples traités avec les peuples autochtones ainsi que des territoires non cédés. Ces peuples ont accueilli les premiers francophones et les ont aidés à survivre et prospérer. C'est dans le respect des liens avec le passé, le présent et l'avenir que nous reconnaissons la relation continue entre les peuples autochtones et les autres membres de la communauté francophone. Au-delà de cette reconnaissance, WebOuest s’engage à mettre en lumière des histoires des peuples autochtones qui habitent toujours ces terres.
WebOuest

Nouveau tirage! Du 1er au 30 novembre, inscrivez-vous à notre infolettre et courez la chance de gagner un t-shirt WebOuest! Restez informés des nouveautés!