C’est toi, c’est vous, c’est nous !
WebOuest Comment parler de l’avortement aux enfants?
Photo: gpointstudio, freepik
Les Rocheuses

Comment parler de l’avortement aux enfants?

Par Tess Vanderhaeghe | 23 mai 2022

En vue des dernières nouvelles venant de la Cour suprême américaine, il est abondamment clair que le droit à l’avortement, aux Etats-Unis et ailleurs, reste un droit constamment sous pression. D’ailleurs, le droit à l’avortement, même dans les pays dans lequel celui-ci est décriminalisé – car rarement légalisé – reste souvent difficile d’accès pour celles et ceux vivant en dehors des grandes villes. ⁠

L’avortement peut être un sujet difficile à amener dans la salle de classe ou directement avec ses enfants, et peut amener beaucoup d’émotions et de sentiments. Cependant il est essentiel que les jeunes puissent avoir accès à l’information concernant leurs droits reproductifs et l’importance de les maintenir. 

Voici quelques conseils pour aborder la question de l’avortement de façon claire et sans jugement.

Premièrement, assurez-vous que l’enfant connaît et comprend les bases de la conception. C’est-à-dire qu’iel comprend qu’une grossesse commence lorsqu’un ovule fécondé s’est implanté dans l’utérus (et non lors de la fécondation, comme semble le croire certains hommes politiques).

Expliquez que l’implantation d’un ovule fécondé n’est pas toujours le choix des personnes. Un rapport sexuel entre deux personnes consentantes est souvent pour une recherche de plaisir et non de reproduction. Cependant, il est possible qu’une grossesse commence sans qu’une personne l’ait planifiée ou en ait envie. 

Lors d’une grossesse non planifiée, la personne enceinte a le droit de mettre fin à cette grossesse si elle le souhaite. Le processus pour mettre fin à une grossesse est ce que l’on appelle un avortement. L’avortement est un processus qui va permettre d’enlever les tissus embryonnaires de l’intérieur de l’utérus pour mettre fin à cette grossesse. Au Canada, on a accès à l’avortement chirurgical ou médicamenteux, c’est-à-dire que l’on accède à l’avortement grâce à l’aide de professionnel-les de la santé. Pour l’avortement chirurgical, la professionnelle de la santé va retirer les tissus embryonnaires en les aspirant de l’intérieur de l’utérus. L’avortement par médicament (jusqu’à 10 semaines de grossesse) consiste en deux médicaments qui vont permettre à l’utérus de se contracter pour évacuer les tissus embryonnaires. 

Enfin, expliquez les raisons pour lesquelles certaines personnes veulent avoir accès à un avortement et l’importance du maintien de ces droits. Chaque personne a le droit de décider de ce qui se passe dans son corps et de ne pas être forcée d’avoir un bébé qui se développe à l’intérieur de son utérus avant d’être prête à devenir parent ou d’en avoir envie. Chaque personne a le droit d’avoir le contrôle sur son propre corps et de décider si elle veut avoir un enfant. Lorsqu’une personne fait un enfant cela devrait être parce qu’on l’a décidé et qu’elle en a envie.

Assurez-vous également que les jeunes autour de vous connaissent les cliniques jeunesses ou les plannings familiaux pour avoir accès aux informations sur leurs droits et sur les cliniques d’avortement.

Rappelez-vous que le maintien des droits des personnes passe par une éducation fondée sur la science et la bienveillance pour les générations à venir. Offrir de l’information claire et sans jugement permet aux jeunes de prendre des décisions saines et éclairées pour leur propre corps.

***

En savoir plus:

Avortement – Grossesse non planifiée ▶︎ https://www.sexandu.ca/fr/pregnancy/unplanned-pregnancy/#tc4

Action Canada pour la santé et les droits sexuels ▶︎ https://www.actioncanadashr.org/fr

Suivez @yestess.familles pour des conseils et ressources en matière d'éducation positive à la sexualité pour toutes les familles!
La francophonie du Nord et de l’Ouest habite sur des territoires visés par de multiples traités avec les peuples autochtones ainsi que des territoires non cédés. Ces peuples ont accueilli les premiers francophones et les ont aidés à survivre et prospérer. C'est dans le respect des liens avec le passé, le présent et l'avenir que nous reconnaissons la relation continue entre les peuples autochtones et les autres membres de la communauté francophone. Au-delà de cette reconnaissance, WebOuest s’engage à mettre en lumière des histoires des peuples autochtones qui habitent toujours ces terres.
WebOuest

Nouveau tirage! Du 1er au 30 novembre, inscrivez-vous à notre infolettre et courez la chance de gagner un t-shirt WebOuest! Restez informés des nouveautés!