C’est toi, c’est vous, c’est nous !
WebOuest Mois de la Fierté : que la fête commence!
Photo fournie par l'Association canadienne-française de l'Alberta (ACFA)
Les Rocheuses

Mois de la Fierté : que la fête commence!

Par Martin Bouchard | 4 juin 2022
Chaque année, le premier juin marque le premier jour du Mois de la Fierté. Un peu partout au pays, les villes et juridictions lèveront des drapeaux, des passages à piétons seront peints aux couleurs de la Fierté et des défilés de chars allégoriques seront organisés afin de célébrer les avancées des droits des personnes LGBTQIA+ au Canada et dans le monde.

En Alberta, province dans laquelle évolue le Comité FrancoQueer de l’Ouest, la communauté francophone lèvera, pour la première fois de son histoire, le drapeau franco-albertain/queer. À ce sujet, Sheila Risbud (elle), présidente de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA), a indiqué que ce lever contribue à « renforcer notre vision commune d’une communauté francophone albertaine équitable, diverse et inclusive. Il s’agit d’une priorité pour le CA provincial de l’ACFA et nous poursuivrons nos efforts tout au long de l’année pour veiller à ce que tous et toutes se sentent accueilli.e.s et respecté.e.s au sein de la francophonie albertaine. Personne ne devrait avoir à choisir entre son identité linguistique et son identité sexuelle ou de genre! »

Pour avoir longtemps vécu en Alberta, je sais que ce lever ne fera pas que des heureux et des heureuses. Le fait que l’ACFA prenne ainsi position et monte au front pour défendre les intérêts des personnes 2SLGBTQIA+ est un événement fédérateur qui arrive à point nommé pour les Albertains et Albertaines, qu’iels soient francophones ou non. Faut-il rappeler que 60% de leur députation fédérale s’était prononcée contre l’interdiction des thérapies de conversion vers l’hétérosexualité, en juillet dernier, avant que le gouvernement fédéral ne s’occupe du dossier sérieusement et légifère pour les interdire partout au pays? 

J’applaudis grandement cette volonté de l’ACFA de se joindre au mouvement 2SLGBTQIA+. En 2016, j’avais moi-même interviewé l’ancien président de l’ACFA, Jean Johnson, alors que j’étais à l’emploi du journal Le Franco. Questionné sur les raisons pour lesquelles un lever du drapeau de la Fierté n’avait jamais été envisagé par la communauté d’expression française de l’Alberta, il avait répondu que ce n’était pas un besoin qu’il entendait sur le terrain. 6 ans plus tard, on peut dire que le ton a changé. Ce lever de drapeau est un symbole fort de soutien et d’inclusion. L’ACFA fait preuve d’un leadership exemplaire. Chapeau.

Quand la fête est finie, que reste-t-il?

Nous avons la chance de vivre au Canada. Durant le Mois de la Fierté, seulement une poignée de drapeaux seront brûlés et on ne dénombrera qu’un ou deux passages à piétons défigurés par de la peinture ou des marques de pneus. 

Mais ne nous décourageons pas! Nous avons aussi la chance d’avoir les corporations de notre côté. Pensez-y un peu! Pendant tout un mois, les banques, les épiceries, les franchises sportives et  autres conglomérats de bières et d’alcools forts auront la main sur le queer, littéralement. Big deal. 

WebOuest
Même la Bud Light devient queer... le temps de quelques semaines.

Si j’ai l’air de cracher dans la soupe, c’est que pour moi, le Mois de la Fierté a toujours été un peu une arme à double tranchant. D’un côté, j’apprécie et je valorise ces élans de respect et ces marques de reconnaissances de la part de la majorité hétérosexuelle. Les personnes issues de ma communauté en ont grandement besoin. D’un autre côté, je trouve un peu insultant le fait que tout ce beau monde réduise ces mêmes besoins de visibilité des personnes 2SLGBTQIA+ à UN mois. Pis encore, que la société en fasse une fête cachant à peine ses prétentions mercantiles.

Mais bon, ne boudons pas notre plaisir! C’est le début de l’été! Et le Mois de la Fierté est le plus coloré de tous!

Martin Bouchard écrit au nom du Comité FrancoQueer de l’Ouest, la ressource connexe 2SLGBTQIA+ pour les personnes d’expression française en situation minoritaire dans l’Ouest Canadien.
La francophonie du Nord et de l’Ouest habite sur des territoires visés par de multiples traités avec les peuples autochtones ainsi que des territoires non cédés. Ces peuples ont accueilli les premiers francophones et les ont aidés à survivre et prospérer. C'est dans le respect des liens avec le passé, le présent et l'avenir que nous reconnaissons la relation continue entre les peuples autochtones et les autres membres de la communauté francophone. Au-delà de cette reconnaissance, WebOuest s’engage à mettre en lumière des histoires des peuples autochtones qui habitent toujours ces terres.
WebOuest

Nouveau tirage! Du 1er au 30 novembre, inscrivez-vous à notre infolettre et courez la chance de gagner un t-shirt WebOuest! Restez informés des nouveautés!