C’est toi, c’est vous, c’est nous !
WebOuest Le magazine Le Nénuphar fête ses 5 ans
Les nénuphars du jardin de la maison de Claude Monet à Giverny, en France, © Kenza Zaoui

Le magazine Le Nénuphar fête ses 5 ans

Regard au Centre
Par Kenza Zaoui | 6 mai 2022
Le magazine franco-manitobain Le Nénuphar fête ses cinq ans d’existence en ce mois de mai. Pour célébrer cet anniversaire, j’ai discuté avec Jacinthe Blais, qui assume tour à tour toutes les casquettes nécessaires au fonctionnement du Nénuphar : fondatrice, puis éditrice en passant par webmestre, gestionnaire de communauté, chargée de réseaux sociaux et chroniqueuse.

La genèse du magazine Le Nénuphar

Jacinthe, installée à Sainte-Anne au Manitoba, était une fervente lectrice du Petit Courrier, journal en français de la communauté qui a cessé de paraître en 1996. Le comité culturel a relancé un journal, le Kes Kis Passe, à partir de 2006 mais ce dernier s’est arrêté en 2013. La municipalité a approché Jacinthe pour reprendre ce projet. Ambitieuse, elle souhaite que le journal ne soit plus seulement municipal mais régional. Cependant, un aspect très pragmatique sonne le glas de son rêve : « les devis d’imprimerie étaient trop chers. Il aurait fallu aller chercher trop de publicité par rapport au contenu ». 

C’est son amie Martine Bordeleau qui lui propose de faire un blogue plutôt qu’un journal papier. L’idée chemine pendant plusieurs années et Jacinthe choisit le nom Le Nénuphar, par hommage à Claude Monet tout d’abord, mais aussi par symbolisme. 

Le nom est enregistré, la page Facebook est créée. Le 1er avril 2017, elle y commence un compte à rebours : un chiffre et une photo de grenouille. Pourquoi les grenouilles? C’est un clin d’œil au Moyen-Age, les grenouilles étant un des termes utilisés pour désigner le peuple. C’est aussi une référence au « sobriquet de frogs (grenouilles) donné par les Anglais aux Français (et qui s’est étendu aux francophones) ».

 

WebOuest
Photo © Jacinthe Blais, tirée de la page Compte à rebours 2017 du Nénuphar.

Le premier numéro du Nénuphar 

À la fin de ce décompte en avril 2017, Jacinthe souhaitait avoir mis en ligne le premier numéro de son magazine. Pari tenu: le 5 mai 2017 à 5h55 du matin, avec 5 chroniques : une écrite par sa fille, une écrite par la marraine de sa fille, deux par des cousines et une par elle-même. Mais Le Nénuphar n’est pas qu’une affaire de famille pour Jacinthe qui explique : « Je me suis fait une promesse, que chaque mois il y aurait une nouvelle chronique dans le magazine ». 

Chaque chronique a douze occurrences, pour durer une année et chaque nouveau mois a vu naître une chronique. Il y a donc eu plus de 60 chroniques depuis le lancement du magazine, sur des thèmes variés : santé, santé mentale, investissements, finances personnelles, bien-être au travail, langue française, immigration et immigrants, littérature, réconciliation, art, etc ! La liste complète est assez impressionnante.

 

WebOuest
La page d’accueil du magazine Le Nénuphar.

Le bilan après 5 ans

5 ans plus tard, Jacinthe est fière de son magazine et de sa portée. En effet, Internet permet de toucher un public plus large et plus lointain que les publications traditionnelles: les lecteurs consultent Le Nénuphar depuis 142 pays et 1524 villes différentes, principalement au Canada, aux États-Unis, dans les pays du Maghreb, en France et aussi au Brésil. Personnellement, ça me fait très plaisir de voir rayonner une publication franco-manitobaine partout sur la planète! 

Pour l’avenir de son magazine, Jacinthe Blais aimerait améliorer le site Internet, rassembler tous ses chroniqueurs le temps d’un repas, travailler à une version interactive de jeux de sa création, aller chercher des subventions et continuer à être une ressource pour la francophonie manitobaine. Bon anniversaire Le Nénuphar, on lui souhaite beaucoup de succès! 

Pour lire Le Nénuphar, vous abonner et recevoir chaque parution, c’est par ici. Et c’est entièrement gratuit!

La francophonie du Nord et de l’Ouest habite sur des territoires visés par de multiples traités avec les peuples autochtones ainsi que des territoires non cédés. Ces peuples ont accueilli les premiers francophones et les ont aidés à survivre et prospérer. C'est dans le respect des liens avec le passé, le présent et l'avenir que nous reconnaissons la relation continue entre les peuples autochtones et les autres membres de la communauté francophone. Au-delà de cette reconnaissance, WebOuest s’engage à mettre en lumière des histoires des peuples autochtones qui habitent toujours ces terres.
WebOuest

Nouveau tirage! Du 1er au 30 novembre, inscrivez-vous à notre infolettre et courez la chance de gagner un t-shirt WebOuest! Restez informés des nouveautés!