C’est toi, c’est vous, c’est nous !
WebOuest Trucs et astuces, 2e partie: Trouver ses origines métisses

Trucs et astuces, 2e partie: Trouver ses origines métisses

Le nom de famille, tout un héritage!
Par Martine Bordeleau | 6 août 2022

Dans l’Ouest canadien, les descendantes et les descendants des Métis de la rivière Rouge se comptent par milliers. Ces personnes peuvent faire une demande de citoyenneté auprès de la Fédération des Métis du Manitoba (ou MMF – site en anglais seulement) pour avoir accès à des ressources et des services qui leur sont destinés. Cependant, pour être reconnu comme Métis de la rivière Rouge, il faut obtenir une preuve d’ascendance métisse, tel qu’un scrip (certificat terrien), ou encore un document venant d’un registre de paroisse. La seule institution reconnue par la MMF pour confirmer votre ascendance métisse est le Centre du patrimoine situé à Saint-Boniface (Winnipeg).

WebOuest
Affidavit datant de 1870 au nom de Marie Larivière (voir son histoire en encadré) à qui le gouvernement avait offert soit une terre de 160 acres dans la paroisse de Baie St-Paul (entre Portage-La-Prairie et Winnipeg), soit un montant de 160 $ (valeur équivalente à environ 4 000 $ dollars aujourd’hui).
WebOuest
WebOuest
Certificat ou scrip émis par le gouvernement fédéral, souvent plusieurs années après l’affidavit (7 ans plus tard dans le cas de Marie Larivière!)
WebOuest
Florence Laroche, née Bourgeois, petite-fille de Marie Larivière, en compagnie de son époux, Philias Laroche. Ils ont vécu à Saint-Pierre-Jolys au Manitoba. Crédit : Famille Laroche au Manitoba

Janet La France, directrice générale du Centre du patrimoine, a vu passer de nombreuses demandes d’ascendance métisse, dont certaines qui sortaient de l’ordinaire. Voici deux anecdotes qui montrent bien que le monde est petit!

Des Métis de la rivière Rouge en Syrie!

Un jour, une dame originaire de la Syrie est passée au Centre du patrimoine avec une demande spéciale: prouver son ascendance métisse. Surprenant? C’est que même si elle était née en Syrie, comme ses parents, ses grands-parents et ses arrières grands-parents, elle voulait savoir si elle était une métisse de la Rivière-Rouge étant donné que l’une de ses arrière-arrière-grands-mères était née dans la Vallée Qu’appelle en Saskatchewan. Elle avait marié un Syrien qu’elle a suivi ensuite dans son pays pour faire sa vie et élever sa famille. 

Et en Écosse!

Même chose avec un autre client, cette fois d’origine écossaise, dont toutes les générations précédentes ont vécu en Écosse. L’un de ses ancêtres avait vécu brièvement au Canada à l’époque de la colonie de la rivière Rouge. Il avait marié une autochtone d’ici et ils sont allés vivre ensuite en Écosse.

Dans ces deux cas, le Centre du Patrimoine a réussi à trouver le scrip (certificat terrien) qui prouve que ces personnes sont d’ascendance métisse!

***

Lectures complémentaires sur les certificats des Métis:

▶︎ L’Encyclopédie canadienne

▶︎ L’Atlas des peuples autochtones du Canada

▶︎ Bibliothèque et Archives du Canada (recherche de scrips)

La francophonie du Nord et de l’Ouest habite sur des territoires visés par de multiples traités avec les peuples autochtones ainsi que des territoires non cédés. Ces peuples ont accueilli les premiers francophones et les ont aidés à survivre et prospérer. C'est dans le respect des liens avec le passé, le présent et l'avenir que nous reconnaissons la relation continue entre les peuples autochtones et les autres membres de la communauté francophone. Au-delà de cette reconnaissance, WebOuest s’engage à mettre en lumière des histoires des peuples autochtones qui habitent toujours ces terres.
WebOuest

Nouveau tirage! Du 1er au 30 novembre, inscrivez-vous à notre infolettre et courez la chance de gagner un t-shirt WebOuest! Restez informés des nouveautés!