C’est toi, c’est vous, c’est nous !
WebOuest Achat de seconde main pour contrer les effets néfastes de la mode (partie 2)
Photo de FatCamera (Canva)

Achat de seconde main pour contrer les effets néfastes de la mode (partie 2)

revert
Par Joëlle Preston | 28 mai 2022

Dans l’article précédent, je partage les horreurs de l’industrie de la mode, la raison principale qui mène à mon choix de me vêtir exclusivement de vêtements d’occasion depuis déjà quelques années (le mois de septembre marquera mon cinquième anniversaire sans achats de vêtements neufs!) Alors que mes connaissances des impacts écologiques et les conditions inhumaines de travail auxquels les ouvriers sont assujettis sont sans doute ce qui me motive quotidiennement de maintenir cette habitude, je trouve quand même énormément de plaisir à fouiller les fripes, ce que je reconnais n’est pas le cas pour tout le monde…

J’adore chiner. Je m’amuse trop à chercher des trésors parmi les rangées d’étagères, de dénicher les perles véritables dans un océan de vêtements, de trouver des raretés dont je sais qu’il n’existe plus que quelques exemplaires; mais pour plusieurs, ce scénario ressemble plutôt à un cauchemar qu’à un joli rêve. L’achat de seconde main, pour certains, est une tâche pénible, trop souvent sans fruits. Les raisons contre les magasins d’occasion, je les ai toutes entendues: ils sont trop bouleversants, les vêtements sont sales, il n’y a rien de neuf, il n’y a pas ma taille, les choses sont hors d’intérêt, je n’ai pas le temps de fouiller… Et bien, je suispour vous dire que tout ça, ce ne sont que des mythes. Tout dépend entièrement où tu achètes tes vêtements!

WebOuest
Tenue entièrement seconde-main, trouvée sur Kijiji et Good Will / Photo Sarah Lamontagne, Oliva + Olga

« Les vêtements sont sales »

Donc, j’avoue que ce n’est pas strictement faux. Dans les magasins d’occasion et de charité, il n’y a aucune garantie que les vêtements sont lavés avant d’être donnés. Je suis la première à avouer que j’ai déjà trouvé des mouchoirs dans les poches de manteaux, et des vêtements avec des taches. Alors que ces trouvailles sont parmi une grande majorité de vêtements propres, et même neuf avec étiquette originale, vous pouvez vous assurer de la propreté des vêtements en achetant des magasins de vente (resellers) ou de dépôt-vente (consignment). De façon générale, les resellers nettoient toujours les vêtements avant de les vendre. Pour les magasins de dépôt-vente, c’est même une condition de vendre avec eux; si les vêtements ne sont pas propres, ils sont envoyés au nettoyage à sec ou laver professionnellement, une des raisons pour lesquelles les prix sont parfois un peu plus élevés. 

Astuce: Vous pouvez négocier vos prix dans les magasins d’occasion! Si le vêtement est marqué ou taché et vous semble être lavable, ou s’il est légèrement endommagé et réparable, demander une réduction de prix. Personnellement, on ne m’a jamais refusé un rabais dans ces conditions!

WebOuest
Tenue entièrement seconde-main, trouvée sur Depop et à Value Village / Photo: Sarah Lamontagne, Oliva + Olga

« Ça prend trop longtemps ou je préfère des marques spécifiques »

Encore, c’est n’est pas complètement faux. Le thrifting peut prendre un peu plus de temps, mais vous pouvez maximiser votre temps en utilisant des applications comme Depop, Poshmark, ThredUp, Vinted, Westiaire, Varage Sale, ou FB Marketplace/Kijiji, pour rechercher exactement ce que vous désirez. Ces plateformes vous permettent d’effectuer des recherches spécifiques, telles que les marques et les tailles, ainsi que des descriptifs: couleurs, matériels, types de vêtements, prix, etc. Conçu de façons similaires à Instagram, ces plateformes vous recommandent même des vêtements basés sur vos achats et vos préférences – ce qui peut réduire le temps passé à chercher des vêtements!

Une autre méthode serait d’embaucher un(e) styliste ou thrifter(se) professionnel(le) pour trouver les vêtements que vous cherchez. Plusieurs resellers et stylistes offrent des services de sourcing, ou d’achats privés. Simplement leur donner une liste détaillée des vêtements que vous cherchez pour compléter votre garde-robe, ou consulter avec eux pour des morceaux surprises, dans votre genre. 

Astuce: N’ayez pas peur de chercher des stylistes ou de trouver des resellers ailleurs; souvent les plus grosses villes, surtout aux États-Unis, ont de meilleures sélections dans leur fripes. Le coût d’embaucher le ou la styliste sera minime comparé aux trouvailles!

WebOuest
Robe seconde main trouvée dans un magasin d’occasion spécialisé en robe de soirée, et un miroir trouvé sur Facebook Marketplace / Photo Sarah Lamontagne, Oliva + Olga

« Il n’y a pas ma taille »

C’est vrai que dans les plus petits magasins d’occasions, les stocks peuvent être limités – surtout quant aux tailles disponibles. Les plus grosses fripes, tel que Value Village, on tendance a avoir une sélection très variée de tailles. À Winnipeg, je trouve toujours une bonne sélection de tailles 0-24. Par contre, si vous cherchez à éviter les friperies, les suggestions dans le paragraphe précédent s’appliquent parfaitement à ce mythe aussi!

« Il n’y a rien de récent ou nouveau »

Vous vous rappelez de la statistique de partie 1? Selon Greenpeace, la moitié des vêtements achetés sont jetés après un an. Cela représente une somme colossale de vêtements quasi-neufs. Les plateformes de ventes en ligne telles que Facebook Marketplace, Depop, et Vinted (parmi plusieurs!) sont des plateformes avec énormément de nouveau stock, souvent utilisées pour revendre des vêtements d’achats en ligne qui finissent par être de mauvaise taille. Les magasins de dépôt-ventes offrent aussi des vêtements plutôt tendance; comme règle générale, ces magasins n’acceptent que des vêtements achetés dans les 3 à 5 années précédentes. Ceci garantit donc une certaine nouveauté de stock, et assure l’intérêt des clients. 

Astuce: Faites une recherche de magasin dépôt-vente, il y en a qui opère uniquement en ligne, tout comme il y en a qui ont pignon sur rue.

La francophonie du Nord et de l’Ouest habite sur des territoires visés par de multiples traités avec les peuples autochtones ainsi que des territoires non cédés. Ces peuples ont accueilli les premiers francophones et les ont aidés à survivre et prospérer. C'est dans le respect des liens avec le passé, le présent et l'avenir que nous reconnaissons la relation continue entre les peuples autochtones et les autres membres de la communauté francophone. Au-delà de cette reconnaissance, WebOuest s’engage à mettre en lumière des histoires des peuples autochtones qui habitent toujours ces terres.
Inscrivez-vous à l'infolettre de WebOuest et soyez les premiers informés!