C’est toi, c’est vous, c’est nous !
WebOuest Noël chez les FrancoQueers
Les Rocheuses

Noël chez les FrancoQueers

Par Martin Bouchard | 24 décembre 2021
Nous sommes le 24 décembre au soir. Jeunes et moins jeunes sont réunis autour d’un gros repas chaud du temps des Fêtes. Vous vous dites que ça manque un peu de sel. Pas grave, tante Aline a fait son gros possible. D'ailleurs, la mère de famille, habituellement pimpante, semble préoccupée... Oh well. Ça sent bon dans la maison. Le vin coule à flots, pas mal à part ça! On se raconte notre année, on s’échange des souhaits sincères. « Bravo pour ta nouvelle job, Benoit! » Soudain, entre deux bouchées de dinde, votre neveu Félix se lève solennellement et demande la parole. « Dorénavant, j’aimerais que vous m’appeliez Felixé. Et j’utilise le pronom iel. » À l’autre bout de la table, oncle Étienne s’est étouffé dans sa soupe. Felixé, reste planté.e (?) là, avec un bel air satisfait. Tout le monde le, (ou la, on sait pu!) scrute. On remarque maintenant qu’iel a coloré ses ongles...

Cette mise en abyme résume bien la situation dans laquelle se trouvent les personnes non-binaires et/ou trans du monde francophone. D’un côté, elles souhaitent vivre de façon normale leur identité de genre. De l’autre, elles doivent le faire en s’affirmant dans une langue ou il n’existe que deux sexes. 

De par sa structure latine, la langue française se plie difficilement à cette nouvelle réalité. Or, cette année, un drôle de père Noël nommé Robert a offert un cadeau très spécial à la communauté 2SLGBTQIA+, soit l’entrée au dictionnaire du néo-pronom « iel », contraction de « il » et de « elle ». 

Ce n’est pas grand chose, mais cette définition officielle vient donner du souffle à un mouvement qui est déjà bien enclenché dans le monde anglophone, et où le recours à la forme they/them clos le débat de la non-binarité. Bien entendu, il en est tout autrement dans la Francophonie. En français, on le sait bien, tout est toujours plus compliqué…

Blague à part, si quelqu’un dans votre entourage vous fait une annonce similaire durant le temps de Fêtes, dites-vous qu’il a probablement été assez difficile pour cette personne de rassembler tout son courage pour faire son coming out. Iel y a sûrement réfléchi longuement, à s’en donner des cheveux blancs même. Cette déclaration exige votre respect. De toute façon, c’est Noël: ouvrez votre cœur et votre esprit et célébrez dans l’allégresse! 

Note: Les personnes non-binaires ont des identités de genres hors du binaire homme et femme. Leurs identités de genre peuvent être ni homme ni femme, un peu des deux, ou comme quelque chose à part entière. Les personnes non-binaires peuvent aussi s’identifier sous le parapluie de l’identité trans, selon leur auto-identification.

Martin Bouchard écrit au nom du Comité FrancoQueer de l’Ouest, la ressource connexe 2SLGBTQIA+ pour les personnes d’expression française en situation minoritaire dans l’Ouest Canadien.

La francophonie du Nord et de l’Ouest habite sur des territoires visés par de multiples traités avec les peuples autochtones ainsi que des territoires non cédés. Ces peuples ont accueilli les premiers francophones et les ont aidés à survivre et prospérer. C'est dans le respect des liens avec le passé, le présent et l'avenir que nous reconnaissons la relation continue entre les peuples autochtones et les autres membres de la communauté francophone. Au-delà de cette reconnaissance, WebOuest s’engage à mettre en lumière des histoires des peuples autochtones qui habitent toujours ces terres.
Inscrivez-vous à l'infolettre de WebOuest et soyez les premiers informés!