C’est toi, c’est vous, c’est nous !
WebOuest Devenir Canadien : pourquoi et comment (1ère partie)
Photo de Nong V sur Unsplash

Devenir Canadien : pourquoi et comment (1ère partie)

Regard au Centre
Par Kenza Zaoui | 8 juin 2022
Ces prochains mois, je vais vous emmener avec moi alors que j’avance vers l’obtention de la citoyenneté canadienne, avec les pré-requis, les étapes mais aussi le cheminement qui y est lié.

Le Canada autorise les doubles nationalités. J’ai de la chance, mon pays d’origine, la France, aussi. Certains immigrants, en prenant la citoyenneté canadienne, doivent abandonner celle de leur pays d’origine, ce qui doit être un choix parfois draconien. Prendre une autre nationalité, ce n’est pas anodin, c’est aussi hériter de l’histoire parfois tragique d’un pays qui n’était pas le nôtre, comme les pensionnats autochtones, mais c’est aussi pouvoir contribuer davantage à faire avancer ce pays, économiquement, culturellement. Il m’a fallu environ deux ans pour décider que oui, je voulais un jour devenir Canadienne. 

Devenir Canadien, pourquoi ?

Pour prendre la citoyenneté canadienne, il faut d’abord avoir le statut de résident permanent au Canada. Pour devenir résident permanent, il y a plusieurs façons: l’immigration économique, le parrainage familial, avoir fait des études au Canada, etc. 

Le droit de vote

Mais en tous cas, quel que soit le programme d’immigration choisi, les résidents permanents ont les mêmes droits, devoirs et responsabilités que les citoyens canadiens à l’exception d’un seul, pourtant très important: le droit de vote. Avec la nationalité canadienne, on peut voter et se présenter comme candidat aux élections municipales, provinciales et fédérales.  

La liberté de mouvement

Quand on est résident permanent, on peut rester et vivre toute sa vie au Canada, à condition de ne pas commettre de crime grave. Mais pour voyager à l’extérieur du Canada, il faut avoir en sa possession une carte de résident permanent valide – cette carte se renouvelle tous les cinq ans, et pour l’obtenir, il faut avoir passé deux années (730 jours) sur les cinq dernières années au Canada. Donc finalement, un résident permanent qui voudrait voyager à long terme ou bien qui doit rentrer dans son pays d’origine pour prendre soin d’un membre de sa famille court le risque de ne pas passer le temps requis au Canada et ainsi ne pas pouvoir renouveler sa carte, nécessaire pour entrer et sortir du pays. Au contraire, un citoyen canadien entre et sort du pays comme il le souhaite tant que son passeport canadien est valide, sans temps de présence à respecter. 

L’accès à plus d’emplois

Certains emplois demandent d’avoir la nationalité canadienne. Par exemple: certaines polices provinciales, les Forces armées et certains postes au gouvernement fédéral qui demandent une cote de fiabilité élevée et un haut niveau de sécurité.  

Moi, ce qui me motive, c’est le vote. Je veux pouvoir choisir mes députés, au niveau provincial, fédéral, ainsi que mon maire. 

WebOuest
Les 150 ans du Canada à Portage & Main, à Winnipeg. Photo Kenza Zaoui.

Devenir Canadien, comment ?

On doit donc avoir le statut de résident permanent pour devenir Canadien, et il faut attendre un peu avant de pouvoir lancer sa demande de citoyenneté. En effet, il faut avoir passé au moins trois années (1095 jours) sur le territoire canadien au cours des cinq dernières années avant le moment où l’on présente sa demande de citoyenneté. 

Ce qui est plutôt sympathique, c’est que le temps passé avant le statut de résident permanent, en tourisme ou avec un permis de travail temporaire, peut compter jusqu’à un an. Dans mon cas, j’ai été en permis temporaire d’avril 2017 à septembre 2019, donc j’ai pu utiliser 365 jours de présence durant cette période. Je suis devenue résidente permanente le 7 septembre 2019 (le jour des cinquante ans de la Loi sur les Langues officielles; j’ai trouvé que c’était un beau symbole), ce qui me rendait admissible à la citoyenneté le 6 septembre 2021. Il y a une calculatrice sur le site de Citoyenneté et Immigration Canada qui permet de calculer son temps de présence.

Après, il faut prouver que l’on maîtrise l’une des deux langues officielles, le français ou l’anglais, soit en fournissant les résultats d’un test de langue, ou bien un diplôme secondaire ou post-secondaire obtenu dans l’une des deux langues. Il faut également avoir payé ses impôts pour les demandeurs de plus de 18 ans, pendant au moins trois ans sur les cinq dernières années. 

Il y a un certain nombre de formulaires à remplir, de photocopies à fournir (documents d’identité, preuves d’adresse etc.), deux photos officielles à joindre au dossier et des frais de 630 dollars à payer. J’ai envoyé ma demande à la mi-octobre 2021 et il ne m’a fallu que quelques heures pour la faire en entier (cela va peut-être vous sembler beaucoup mais c’est très peu comparé aux méandres administratives de l’immigration). 

La demande de citoyenneté peut se présenter en format papier et il faut alors l’envoyer par la poste, mais j’ai préféré le dépôt en ligne. Et ensuite… on attend! On reçoit sous quelques jours, semaines, mois (les délais varient selon le type de dossier, le mode de dépôt et le bureau qui le traite) un accusé de réception. J’ai reçu mon accusé de réception en janvier 2022. 

Cela permet d’avoir accès à une belle interface résumant les étapes du traitement de la demande :

WebOuest
Capture d'écran, site du Gouvernement du Canada

Comme vous pouvez le deviner sur la capture d’écran ci-dessus, je suis en fait arrivée à l’étape suivante: passer un examen écrit de connaissances sur l’histoire, la géographie, les symboles, les institutions du Canada mais aussi les droits et responsabilités du citoyen.

Si je réussis cet examen, la cérémonie de citoyenneté et le serment suivront. Souhaitez-moi bonne chance, on s’en reparle très bientôt!

La francophonie du Nord et de l’Ouest habite sur des territoires visés par de multiples traités avec les peuples autochtones ainsi que des territoires non cédés. Ces peuples ont accueilli les premiers francophones et les ont aidés à survivre et prospérer. C'est dans le respect des liens avec le passé, le présent et l'avenir que nous reconnaissons la relation continue entre les peuples autochtones et les autres membres de la communauté francophone. Au-delà de cette reconnaissance, WebOuest s’engage à mettre en lumière des histoires des peuples autochtones qui habitent toujours ces terres.
Inscrivez-vous à l'infolettre de WebOuest et soyez les premiers informés!