C’est toi, c’est vous, c’est nous !
WebOuest Devenir Canadien: l’examen (2ème partie)
Photo: Kenza Zaoui

Devenir Canadien: l’examen (2ème partie)

Regard au Centre
Par Kenza Zaoui | 15 août 2022

Dans le premier blogue de cette série de trois, je vous ai exposé mes motivations sur pourquoi devenir Canadienne et les modalités pour obtenir la citoyenneté canadienne. Aujourd’hui, on va se pencher ensemble sur l’examen.

L’examen de citoyenneté canadienne

En effet, pour obtenir la citoyenneté canadienne, toute personne entre 18 et 54 ans doit passer un examen dans la langue officielle de son choix. L’idée derrière l’examen, c’est d’évaluer si le candidat a « une connaissance suffisante du Canada » et « des droits et privilèges associés à la citoyenneté ». L’examen comporte 20 questions et il faut avoir 75% de bonnes réponses pour réussir. 

Selon le site web de Citoyenneté et Immigration Canada, la connaissance suffisante du Canada comporte les éléments suivants:

WebOuest
Capture d'écran, site web de Citoyenneté et Immigration Canada

Si vous avez lu attentivement la capture d’écran, vous aurez remarqué le mot entrevue… En effet, avant la pandémie, il fallait se présenter en personne pour passer l’examen, et la note était dévoilée lors d’une entrevue avec un agent, qui vérifiait également votre identité et votre passeport pour voir si les éventuels tampons d’entrée et de sortie du territoire n’invalidaient pas le nombre de jours de présence requis. Maintenant, tout se fait en ligne donc il n’y a plus d’entrevue (sauf pour des cas particuliers). 

Réviser pour l’examen

Le gouvernement canadien met à disposition des candidats à la citoyenneté un guide d’étude, Découvrir le Canada, en format papier, audio ou électronique (je vous laisse le consulter ici si vous êtes curieux!). Ce sont 67 pages de chronologies, de dates, de noms, d’images, de chiffres… Toute l’histoire du Canada des premiers peuples à nos jours, en passant par les inventeurs et athlètes célèbres, les spécificités de chaque province et territoire, le mode de fonctionnement du gouvernement, le rôle du souverain… C’est la seule source dont sont tirées les questions de l’examen, ce qui veut dire qu’il faut bien lire le guide et surtout le mémoriser en profondeur. 

J’ai commandé le livre en janvier mais je n’ai commencé à réviser que lorsque j’ai reçu ma convocation pour passer l’examen, fin mai. J’avais une fenêtre de trois semaines et demie pour effectuer l’examen, à la date et l’heure de mon choix, donc bien évidemment, je pensais au début « ah! mais j’ai le temps ». Et les jours ont commencé à défiler, je procrastinais, et j’ai fini par ouvrir le guide. Je l’ai lu de bout en bout.

J’ai aussi cherché « réviser examen de citoyenneté canadienne » sur Internet: de nombreux sites proposent des examens de révisions, gratuits ou non. J’ai dû faire pas loin d’une cinquantaine de quiz. Attention, la qualité de tous les sites ne se vaut pas. 

Quelques jours plus tard, j’ai repris le livre, cette fois-ci en prenant des notes sur tout ce que je ne savais pas (des dates, des chiffres, des noms – combien de soldats canadiens ont participé à la Première Guerre mondiale? Qui est Jean-Paul Riopelle? En quelle année le Yukon est-il entré dans la Confédération?) et je relisais mes notes au fur et à mesure, au moins une fois par jour. 

Notons que selon un sondage de la compagnie Forum Research en 2019, près de 90 % des Canadiens échoueraient s’ils devaient passer l’examen! (Source en anglais). 

WebOuest
Mon guide et mon cahier de notes choisi pour l’occasion. Photo Kenza Zaoui

J’ai fini ma lecture approfondie avec prise de notes quatre jours avant la date limite sur ma convocation. Craignant des problèmes techniques, je ne voulais pas me connecter au site de l’examen le dernier jour. La pression commençait à monter. Je faisais quiz sur quiz sur quiz mais commençais à me décourager: non seulement je tombais toujours sur les mêmes questions, mais le guide d’étude date de 2012 donc certaines informations ne sont plus à jour (la population canadienne notamment ou bien le nombre de circonscriptions électorales). Mais alors, dans les examens, faut-il revenir en arrière et s’imaginer être en 2012 pour répondre ou utiliser les informations contemporaines de 2022? 

Passer l’examen

Et finalement, le jour après avoir terminé de compiler mes notes exhaustives, je me suis lancée. Je ne voulais pas passer ma fin de semaine la boule au ventre, je n’aurais jamais été prête complètement. Pour passer l’examen de citoyenneté canadienne en ligne, il faut un ordinateur ou une tablette, une webcam et surtout un environnement solitaire. Après quelques étapes de vérifications – codes secrets, prises de photos, etc., l’examen était lancé. Webcam allumée, j’avais 30 minutes pour répondre aux 20 questions, sans avoir le droit à aucun document, ni de parler à quelqu’un. 

Je ne suis pas autorisée à vous dévoiler le contenu des questions… Je vous dirai cependant que j’ai hésité sur seulement 3 d’entre elles. Et j’ai finalement obtenu la note de… 19/20 ! Un bel accomplissement et un soulagement. 

La prochaine étape, ce sera la cérémonie de citoyenneté!

La francophonie du Nord et de l’Ouest habite sur des territoires visés par de multiples traités avec les peuples autochtones ainsi que des territoires non cédés. Ces peuples ont accueilli les premiers francophones et les ont aidés à survivre et prospérer. C'est dans le respect des liens avec le passé, le présent et l'avenir que nous reconnaissons la relation continue entre les peuples autochtones et les autres membres de la communauté francophone. Au-delà de cette reconnaissance, WebOuest s’engage à mettre en lumière des histoires des peuples autochtones qui habitent toujours ces terres.
Inscrivez-vous à l'infolettre de WebOuest et soyez les premiers informés!